Trouver un membre Offres d'emploi
FR EN

Lisez ces chroniques pour connaître vos obligations et bonifier votre pratique.

Certification et assermentation

Certification et assermentation : quelle est la différence?

Lors de la traduction d’un document officiel (acte de naissance ou de mariage, diplôme, permis de conduire, etc.), il est fréquent que le client demande une « traduction certifiée ».

La certification consiste, pour le traducteur, à déclarer qu’il a effectué la traduction, ou qu’il l’a vérifiée, au mieux de ses compétences.

La certification peut se faire par une simple note en bas de page ou au moyen d’une lettre d’attestation. Les deux modalités ont le même effet. Le traducteur choisira la formule qui convient le mieux au client.

  1. La certification par simple note en bas de page

Le traducteur ajoute au bas de chaque page de la traduction une des mentions suivantes, ou une mention équivalente :

Je déclare avoir traduit le présent document de [langue de départ] à [langue d’arrivée] dans les règles de l’art et au mieux de mes connaissances.

(Signature)        (Date)

[Prénom, Nom], trad. a., numéro de membre 1234

District de ___________

Ou, dans le cas d’une révision :

Je déclare avoir vérifié cette traduction [langue d’arrivée] de l’original [langue de départ] et je la considère comme conforme au mieux de mes connaissances.

(Signature)        (Date)

[Prénom, Nom], trad. a., numéro de membre 1234

District de ___________

Sur chaque page, le traducteur agréé appose son sceau[1], s’il en possède un. Le sceau n’est habituellement pas obligatoire, mais il est important de vérifier auprès du client, car certaines instances l’exigent.

Compte tenu de l’espace requis, il peut se révéler nécessaire d’utiliser du papier ministre (8 ½ x 14).

  1. La certification par lettre d’attestation

Le traducteur appose son sceau et son paraphe sur chacune des pages de la traduction.

Il joint une lettre où il énonce ses qualités, décrit le document traduit, signe et appose son sceau.

Il agrafe ensemble l’original, la traduction et la lettre.

Pour plus de sûreté, au lieu du paraphe, il peut inscrire la mention suivante au bas de chaque page de la traduction :

Traduction certifiée par

(Signature)

Prénom, Nom, trad. a., numéro de membre 1234

 

 

Il arrive que le client ou l’autorité qui requiert la traduction exige que le traducteur soit assermenté devant un notaire, un avocat ou un commissaire à l’assermentation. Cette procédure n’est pas habituelle et elle doit demeurer l’exception.

Le commissaire reçoit le serment du traducteur, il ne pose aucun jugement sur la traduction. Si le membre doit se faire assermenter (certaines instances, surtout à l’extérieur du pays, continuent de l’exiger), il devra prévoir ajouter ces frais aux honoraires habituels. La recherche d’un commissaire à l’assermentation peut se faire sur le site du ministère de la Justice.

L’Ordre offre le service d’assermentation. Toutefois, des frais administratifs seront facturés au membre. Le membre doit prendre rendez-vous en téléphonant au 514 845-4411, poste 1221, ou en écrivant à info@ottiaq.org.

[1] Les membres peuvent communiquer avec MRS Uniko pour commander un sceau.

 

Utilisation du logo

Comment utiliser le logo de l'OTTIAQ?

Vous possédez une société de traduction et vous décidez de revoir votre site Web ainsi que le graphisme de votre carte de visite et de votre papeterie. Vous choisissez d’intégrer le logo de l’Ordre dans votre site, au nom de votre société, et d’inclure le logo et la dénomination de l’Ordre dans tes tons de bleus dans votre papier en-tête et sur votre carte de visite. Avez-vous bien agi?

La réponse est…non. L’utilisation du logo de l’Ordre est régie par des normes particulières. Cette mention sur votre site laisserait entendre que c’est votre société qui est agréée par l’Ordre, alors que l’OTTIAQ n’agrée que des membres, et non des sociétés. Ainsi, c’est seulement comme  membre de l’Ordre, et non au nom de votre société ou de la société pour laquelle vous êtes employé, que vous pouvez utiliser le logo de l’OTTIAQ sur votre carte de visite, votre papeterie, votre site Web et dans votre publicité.

De plus, aucune mention de la dénomination de l’Ordre (Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec) ne doit accompagner le logo. Vous pouvez par contre utiliser la dénomination pour énoncer votre statut de membre.

D’autres normes régissent le logo, notamment la couleur, la reproduction aux fins de publicité ainsi que la surface de sécurité autour du symbole.

Pour en savoir plus, consultez les Normes d’utilisation du logo de l’OTTIAQ.

 

 

 

Conservation des dossiers

Quelles sont mes obligations?

Comme membre de l’Ordre, vous devez conserver vos dossiers, sur support papier ou sur support électronique, pendant une période de trois ans à partir du moment où vous avez remis votre travail au client. Rappelez-vous que vos clients peuvent avoir accès à leur dossier en tout temps pendant cette période. L’Ordre peut également consulter vos dossiers dans le cadre d’une inspection professionnelle, par exemple…

Lisez la suite.