Trouver un membre Offres d'emploi
FR EN

Dans le cadre de son mandat de protection du public, l’OTTIAQ s’est doté d’un comité d’inspection professionnelle chargé de surveiller l’exercice des professions.

Inspection professionnelle

Chaque année, tous les ordres doivent inspecter une partie de leurs membres. Ces inspections, réalisées par des inspecteurs-conseils membres de l’Ordre, sont régies par le comité d’inspection professionnelle.

Le comité d’inspection professionnelle de l’OTTIAQ propose un programme annuel de surveillance générale de l’exercice des professions, qui est approuvé par le conseil d’administration. Les membres du Comité sont : Carole Trottier, traductrice agréée, terminologue agréée, présidente, Jean-Jacques Lavoie, traducteur agréé, vice-président, Jeanne Duhaime, traductrice agréée, Marielle Hébert, traductrice agréée, terminologue agréée, et Hélène Gauthier, secrétaire.

 

 

Les inspecteurs-conseils, qui appuient le comité d’inspection professionnelle, rendent visite aux membres ou analysent leurs questionnaires d’autoévaluation

Avant d’entrer en fonction, ils reçoivent une formation du comité d’inspection professionnelle et suivent la formation sur l’éthique, la déontologie et les normes de pratique professionnelle. De plus, par serment, ils s’engagent à préserver la confidentialité de tout renseignement dont ils prendront connaissance dans l’exercice de leurs fonctions. Enfin, les inspecteurs-conseils ne doivent avoir fait l’objet d’aucune sanction disciplinaire.

 

Découvrez nos inspecteurs-conseils!

Les inspecteurs-conseils

Liza Beaulieu

Traductrice agréée

Parcours d’une destinée animée! Très jeune, Liza s’interroge sur sa mission ici-bas. À six ans, elle se demande déjà ce qu’elle fait là. À huit, elle lit avec passion les directives bilingues des étiquettes des produits. À dix, elle possède son premier dictionnaire anglais-français et, à douze, elle le feuillette frénétiquement. Elle répondra finalement à l’appel : premier cycle en traduction, en études hispaniques et en théologie; deuxième cycle en traductologie, en œcuménisme et en accompagnement spirituel. Elle passera sept ans dans une grande entreprise et touchera à tout : traduction, révision, conception-rédaction, doublage, sous-titrage, interprétation consécutive, interprétation chuchotée, comité de francisation. Une occasion d’affaires la mènera au travail autonome. À l’Ordre, elle s’impliquera dans diverses activités (comités et congrès), et deviendra finalement inspectrice-conseil. Elle occupe maintenant le poste d’ambassadrice au sein du cabinet de traduction Hermès à Québec. Pour Liza, l’inspection-conseil est un moment privilégié où le dialogue transcende l’aspect technique pour se centrer sur l’humanité du traducteur.

En savoir plus
Les inspecteurs-conseils 3

Chantal Boucher

Traductrice agréée

Chantal est devenue traductrice pour pouvoir toucher à plusieurs domaines et comprendre toujours un peu plus comment les choses fonctionnent. Elle se destinait à  la traduction médicale, mais c’est plutôt la traduction comptable et financière qu’il l’a rattrapée, avec une forte composante en informatique. Après de nombreuses années au sein d’un service linguistique ainsi qu’en cabinet, elle s’est installée à son compte. Elle continue d’évoluer dans les domaines de la comptabilité, de l’audit, de la finance et de l’informatique, en plus de percer dans le domaine… médical.

Chantal est devenue inspectrice pour sortir à l’occasion de son bureau, connaître les multiples visages que peut prendre notre profession, écouter ce que ses collègues ont à dire au sujet de leur profession et de leurs difficultés, et pour les faire profiter de son expérience variée dans son rôle de conseil.

En savoir plus
Les inspecteurs-conseils 4

Anastasia Bourlakova

Traductrice agréée

Anastasia a effectué des études linguistiques et littéraires en Russie, en Allemagne et en France.  Elle a également étudié en cinéma à Montréal. Depuis plus de 15 ans, elle travaille comme pigiste du russe vers le français et vers l’allemand. Elle a également travaillé dans plusieurs entreprises à Montréal. Elle a choisi de devenir inspectrice-conseil, car elle aime aller vers les autres et trouve qu’il est enrichissant de découvrir plusieurs facettes de notre profession.

En savoir plus
Les inspecteurs-conseils 1

Louise Brooks

Traductrice agréée

Titulaire d’un B.A. en traduction de l’Université de Montréal, Louise Brooks est actuellement traductrice en pratique privée et inspectrice-conseil à l’OTTIAQ.

Elle a auparavant assumé divers postes permanents en traduction (chez IBM et chez Factory Mutual) et un poste contractuel de directrice (chez PwC). Son expérience de travail lui a permis d’acquérir des compétences dans divers domaines, dont la gestion des risques, la santé et sécurité au travail, les systèmes de gestion des procédés, le commerce électronique, les sites Web, l’électronique, la mécanique, l’administration, les avantages sociaux et les ressources humaines.

À titre d’inspectrice-conseil, elle apprécie le contact avec d’autres traducteurs avec qui elle peut partager expérience et connaissances. Tellement que depuis 2013, elle part de Calgary pour faire des inspections à Montréal.

Louise Brooks a été membre des conseils d’administration de la STQ, de l’OTTIAQ et de l’Académie Lafontaine. Elle a également été membre de différents comités de l’Ordre (membres en pratique privée, recrutement et fidélisation, étudiants, congrès), ainsi que membre ambassadeur de l’OTTIAQ.

En savoir plus
Les inspecteurs-conseils 2

Jean-Charles Daoust

Traducteur agréé

Après avoir passé dix ans au Bureau de la traduction de l’administration fédérale, Jean-Charles est devenu traducteur indépendant en 1990. Depuis, il traduit des textes pour des entreprises du secteur privé et des organismes du secteur public.

Outre qu’elles lui donnent l’occasion de rencontrer des collègues dans leur milieu de travail et d’aborder des sujets liés à la profession, ses fonctions d’inspecteur-conseil lui permettent de susciter une réflexion sur les pratiques professionnelles, d’enrichir sa propre pratique et d’apporter une modeste contribution au rayonnement de l’Ordre.

En savoir plus
Les inspecteurs-conseils 5

Allan Parvu

Traducteur agréé

Après avoir terminé sa licence en droit à l’Université d’Ottawa en 1977, Allan Parvu s’inscrit à l’École de formation professionnelle du Barreau du Québec pour terminer ses examens du Barreau en 1978.

Membre du Barreau du Québec depuis juin 1978 jusqu’en juin 2017, alors qu’il fait partie de la catégorie des «  avocats à la retraite », Allan Parvu a pratiqué dans presque tous les domaines du droit jusqu’en 1997, alors qu’il amorce une carrière en traduction juridique. Il est membre de l’OTTIAQ depuis 1998.

Se spécialisant dans le domaine juridique, il a travaillé à titre de pigiste pour plusieurs bureaux d’avocats, pour des organismes gouvernementaux tant au fédéral qu’au provincial, y compris les gouvernements du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de l’Ontario et le Bureau de la Traduction. Il détient la cote de sécurité fédérale PROTÉGÉ B, ainsi qu’une cote de sécurité du gouvernement de l’Ontario. Toujours membre de l’OTTIAQ, Allan Parvu rend désormais des services de traduction à des clients privés dans le domaine juridique.

Il donne aussi un cours de formation professionnelle à l’OTTIAQ intitulé « Legal Translation Update », qui est une mise à jour des nouveautés dans le Code civil et le Code de procédure civile. Il est inspecteur-conseil à l’OTTIAQ depuis la mise en œuvre du programme d’inspection professionnelle en 2000. D’ailleurs, il a collaboré avec l’équipe des inspecteurs à l’époque et avec le comité d’inspection professionnelle à élaborer ce programme. Selon lui, ce qui est fascinant dans le métier de traducteur, c’est de constater la diversité de pratique, que ce soit dans des bureaux en haut des tours au centre-ville de Montréal où les ordinateurs sont vissés aux bureaux et où les portes se verrouillent électroniquement, jusqu’au traducteur pratiquant seul dans sa ferme dans la quiétude de la campagne. La traduction touche à tous les domaines de l’activité humaine et permet de mieux communiquer et de mieux se comprendre. L’inspection permet de toucher à tous ces éléments, tout en étant adaptée à tous les genres de pratique. L’inspection permet aussi de sensibiliser les membres aux nouveautés en matière de traduction, ainsi qu’aux règles visant les normes de qualité les plus élevées.

D’ailleurs, on ne peut que sourire en lisant l’anecdote suivante :

Lors d’une inspection chez un membre à l’époque où les clés USB venaient tout juste d’être mises en marché, Allan avait en main celle qu’on utilise pour prendre les échantillons de traduction. Il a demandé au membre de lui donner des échantillons en lui remettant la clé USB. Le membre lui a alors jeté un regard perplexe en lui demandant « c’est quoi ça » ? Allan lui explique donc à quoi ça sert et où il faut l’insérer pour que ça fonctionne. Après une courte réflexion, le membre s’agenouille et rampe sous son bureau pour brancher la clé USB. Il est ressorti de reculons recouvert de minous de poussière, mais Allan a eu les échantillons demandés!

En savoir plus

Programme de surveillance et outils

Consultez le programme de surveillance annuel pour connaître les objectifs de l’inspection, les outils utilisés, la sélection des membres soumis à l’inspection ainsi que le déroulement d’une inspection.