Visualiser dans votre navigateur  
L’antenne express  7 novembre 2018   
ÉVÈNEMENTS DE L'OTTIAQ
Congrès et journée de formation continue 
 

Durant le congrès, dont le partenaire principal est Versacom, les participants pourront assister à une dizaine d’ateliers en lien avec l’intelligence artificielle, visiter la vingtaine d’exposants, et faire du réseautage! D’ailleurs, nous vous rappelons que l’Espace Lounge, présenté par Cartier et Lelarge, est l’endroit tout désigné! De plus, des bornes de recharge des cellulaires y seront à votre disposition toute la journée.
 
Nous avons très hâte de vous y accueillir et de partager des moments riches en rencontres et en réflexion. Enfin, plusieurs prix sont à gagner!
 
Bonne nouvelle! Nous avons prolongé le tarif préférentiel jusqu'au 11 novembre 2018 à 23 h 59, profitez-en!

Inscrivez-vous dès maintenant.


Le samedi 24 novembre 2018, l’OTTIAQ tiendra sa journée de formation continue jumelée au congrès. Le programme nous promet une journée des plus intéressantes!

D’abord, Sonia Corbeil animera la formation Le traducteur et l’auteur, toute une équipe! Cet atelier théorico-pratique vise à faire valoir l’importance de communiquer avec l’auteur du livre que l’on traduit, et si possible de tisser un lien de confiance avec ce dernier.

André Senécal, traducteur agréé et rédacteur agréé, présentera ensuite Axes éthiques d’une profession langagière. Il proposera une approche éthique de nature comportementale s’exerçant sur cinq axes et ouvrant une autre voie de solution aux enjeux et aux difficultés de la pratique professionnelle.

Enfin, Danièle Allard, animatrice certifiée en journal créatif, terminera cette journée de formation continue avec la formation Plume et fantaisies. Vous serez invités à quitter les sentiers professionnels connus pour laisser libre cours à quelques envolées de style!

Inscrivez-vous!

Colloque Cuba-Québec : traducteurs bénévoles recherchés

Comme vous le savez, l’OTTIAQ et l’Asociación Cubana de Traductores e Intérpretes (ACTI) organisent depuis 22 ans un colloque conjoint qui se tient tous les deux ans à Cuba. Il s’agit d’un évènement qui attire chaque fois quelque 200 participants venus d’une quinzaine de pays et qui est extrêmement important pour nos consœurs et confrères cubains. Comme le colloque est trilingue (il y a interprétation simultanée de toutes les communications), nous publions tous les documents (programme final, résumés des communications, notices biographiques des conférenciers) en espagnol, français et anglais.

Anne-Marie De Vos, traductrice agréée, et Réal Paquette, traducteur agréé, coorganisateurs pour l’OTTIAQ, sont à la recherche de bénévoles pour traduire les résumés (env. 250 mots chacun) et les notices biographiques (env. 150 mots chacune) dans les combinaisons suivantes : espagnol-français, espagnol-anglais, français-anglais et anglais-français.

Mme De Vos et M. Paquette en assument déjà une bonne partie (toujours bénévolement), mais toute aide sera plus que bienvenue. Si l’expérience vous tente, n’hésitez pas à communiquer avec Anne‑Marie De Vos.

 
DES NOUVELLES DE VOTRE ORDRE
Une nouvelle administratrice au conseil d'administration de l’OTTIAQ

Donald Barabé, traducteur agréé et président du conseil d’administration (CA) de l’OTTIAQ, a le plaisir d’annoncer la nomination de Catherine Zekri, traductrice agréée, au CA de l’OTTIAQ. Mme Zekri est membre de l’Ordre depuis 2013. Titulaire d’une maîtrise et d’un baccalauréat en traduction et terminologie de l’Université Laval, elle est chef d’un cabinet de traduction et candidate au doctorat en administration publique. Elle a occupé différentes fonctions dans des conseils d’administration : administratrice, secrétaire, vice-présidente et présidente. Elle siège au comité de gouvernance et d’éthique de l’OTTIAQ depuis 2017. Félicitations à Mme Zekri et bon succès dans son mandat!
DANS LE MONDE LANGAGIER 

La Fédération internationale des traducteurs (FIT) a maintenant une page LinkedIn

 La FIT est maintenant présente sur LinkedIn! Suivez-la!
 
La chronique de terminologie

Dans cette chronique, nous présenterons une série de trois volets sur les rapports logiques, dont voici le premier.
Ici, vous verrez pourquoi les vrais synonymes au sein d’une même langue sont denrée rare.
 
Qu’y a-t-il de commun…
 
  • Entre un verre et le verre ?
  • Entre le saxophone et le saxophoniste ?
  • Entre Mozart et du Mozart ?
  • Entre l’émission électronique et l’émission radio ?
  • Entre une stratégie et une campagne publicitaire ?
 
Certaines choses, mais pas tout.
 
À quoi sert une campagne si la stratégie publicitaire échoue ? Après tout, on sait qu’un verre peut être fait de verre, de métal, de plastique… Faut donc choisir.
Paul McCartney, lui, savait choisir, en musique ou en alcools fins. Cet amateur de bons verres était, rappelons-le, la basse, et non pas le saxophone, des Beatles.
 
Sourire en coin, il s’imaginait son musicien préféré, Mozart, en train d’écouter à la radio du Mozart, justement, un bon verre à la main. Mignon anachronisme…
 
Il faut dire que, aujourd’hui, tout est si facile : les émissions de pop ou de classique succèdent tout naturellement à une simple émission d’ondes.
 
Exercice
 
Nommer le rapport logique qui sous-tend les tandems suivants :
 
  • Une traduction est entrée hier – illustrant bien ce qu’est une traduction ardue.
  • Fier de son achat, il déposa ses achats dans la chambre forte.
  • Véritable symbiose, la basse et le bassiste ne faisaient plus qu’un sur scène.
  • La traduction de permanent press ? C’est, bien sûr, le mot infroissable.           
  • Tous les rubbers sont-ils des couvre-chaussure ? Pas sûr, dira le pharmacien.
 
Chronique rédigée par Carlos del Burgo, traducteur agréé et terminologue agréé.

Concours de nouvelles

Le Concours de nouvelles Micheline-Simard rend hommage à une collègue passionnée qui a créé ce concours en 2002. Mme Simard nous a quittés en 2007 et l’OTTIAQ a choisi de perpétuer le concours, de lui donner le nom de sa créatrice et de le doter d’une somme de 150 $. Le concours a lieu chaque année et le moment est venu de soumettre votre œuvre. Visitez notre site Web pour obtenir tous les renseignements nécessaires. Dépêchez-vous, vous avez jusqu’au 7 janvier 2019 pour envoyer votre texte par courriel.

L’intelligence artificielle… ce n’est pas un cerveau!

Les gens semblent sincèrement choqués qu’à notre époque, l’interprétation exige encore aujourd’hui des professionnels humains pour effectuer un travail intellectuel. L’IA surpasse constamment les humains dans la conduite automobile, le diagnostic de cancers, la prédiction du rendement des récoltes, etc. Mais lorsqu’il s’agit de traduction et d’interprétation, la technologie la plus sophistiquée sur terre reste de loin le cerveau humain.

En savoir plus.
AUTRES ÉVÈNEMENTS ET FORMATIONS
L'interprétation solidaire, vous dites? Qu'est-ce que c'est?

Myrlène Metellus et Lauren Michaels, interprète agréée, vous invitent à participer à une conférence à ce sujet!

Pour en savoir plus et pour vous inscrire
CLIN D'OEIL

Coca-Cola mène une campagne publicitaire… morbide!

Les spécialistes en marketing de la société Coca-Cola, qui avaient constaté une recrudescence de la popularité de la langue indigène maorie en Nouvelle-Zélande, ne croyaient pas que leur nouvelle campagne publicitaire allait leur apporter autant de succès. En effet, en optant pour la langue Te Reo Moori, leur campagne marketing lancée en direct sur le marché s’est traduite en erreur de commercialisation!

@waikatoreo a publié cette photo sur Twitter avec le commentaire suivant : « Quand les langues ne se mélangent pas bien ». Ngahiwi Apanui, directeur général de la Commission des langues maories, a déclaré : « Les entreprises ont de plus en plus l’impression qu’il est bon d’utiliser le te reo pour montrer leur engagement envers la Nouvelle-Zélande. » Par contre, le slogan créé n’a pas eu l’effet souhaité.

Coca-Cola a essayé d’être « authentique » en employant des mots en langue maorie, mais aurait dû demander à un traducteur professionnel de vérifier son nouveau slogan avant de l’utiliser.

En effet, celui-ci combinait la langue maorie avec l’argot anglais : « Kia Ore, Mate. ». La première partie de l’expression « Kia Ore », est une salutation maorie commune qui se traduit en anglais par « Hello ». Tout était parfait pour ces deux mots. Par contre, le mot « mate », qui, en Nouvelle-Zélande, en Grande-Bretagne et ailleurs, fait référence à un ami ou à un copain, est traduit dans la langue maorie par le mot « mort ». Donc, Coca-Cola saluait ses clients assoiffés avec un slogan qui leur disait : « Hello, Death », « Bonjour, la mort ».

Des centaines d’utilisateurs de Twitter ont utilisé l’erreur de marketing comme catalyseur pour critiquer ouvertement et négativement Coca-Cola dans les médias sociaux. Par exemple, @davemacpherson7 a tweeté : « Bonjour, la mort : Coca-Cola mélange l’anglais et le maori sur un distributeur automatique - et nous fait savoir quel pourrait être le résultat final de la consommation de ses produits! » Un gazouillis de @Kiwimrsmac dit ceci : « Bonjour, la mort » est une traduction littérale de ce que la consommation de coke peut faire à votre corps, et de ce que les bouteilles de coke en plastique font à l’environnement... #tereo #saynotoplastic #obesityepidemic ».

Un bel exemple qui montre bien à quel point le travail des traducteurs humains est nécessaire à la bonne compréhension de tous.

Lire l'article.

Le métier de traductrice littéraire au grand écran

À quoi peut bien ressembler la vie intérieure de quelqu’un entièrement dédié à la traduction d’un imaginaire qui n’est pas le sien? Depuis plus de vingt ans, Mette Holm est la traductrice danoise des ouvrages du romancier japonais Haruki Murakami. Femme posée et méticuleuse, d’un calme en apparence inaltérable, elle cherche constamment à trouver le mot et la phrase permettant de faire ressentir au lecteur la poésie surréaliste et mélancolique si particulière de Murakami. Est-elle même consciente de cette grenouille géante qui semble la suivre partout – pour la protéger ou la menacer ?

Le festival des rencontres internationales du documentaire de Montréal projettera le film Dreaming Murakami du cinéaste danois Nitesh Anjaan. Ce film suit le parcours de cette traductrice danoise du romancier japonais, qui se présente comme une extension de l’imaginaire du célèbre auteur.

Dreaming Murakami de Nitesh Anjaan
Danemark, Japon, 2018, 57 min., V.O. 
Mercredi 14 novembre à 18 h et vendredi 16 novembre à 20 h 15 en présence du cinéaste

 

Bébé pleure? Utilisez votre téléphone intelligent!

Saviez-vous qu’en seulement 15 secondes, un téléphone intelligent peut rendre son verdict : votre bébé a faim, il faut changer sa couche ou encore, il est fatigué.

L’application Infant Crying Translator a été créée à Taïwan, un pays où le taux de natalité est l’un des plus faibles au monde… Cette idée des plus sophistiquées veut permettre aux parents de mieux comprendre leur enfant et de lui répondre plus rapidement.

Elle vient au secours des parents et des gardiennes qui seront heureux de mieux comprendre les pleurs des bébés. Grâce aux 300 000 cris enregistrés par les chercheurs au centre hospitalier de Taïwan, l’application est capable de traduire les cris et d’indiquer si l’enfant a soif ou faim, s’il faut changer sa couche ou encore, s’il est fatigué…

L’application est utilisée par des milliers de parents dans le monde entier avec un taux de réussite variable selon l’âge. Les commentaires sont positifs, tout semble croire que le centre hospitalier a trouvé la perle rare.


En savoir plus.
Modifier votre profil | Annuler l’abonnement | Visualiser dans le navigateur
Tous droits réservés © 2018 OTTIAQ,