Trouver un membre Offres d'emploi
FR EN

Certification et assermentation : quelle est la différence?

Certification et assermentation

Certification

Il est fréquent que le client qui fait traduire un document officiel (acte de naissance ou de mariage, diplôme, permis de conduire, etc.) demande une « traduction certifiée ».

La certification consiste, pour le traducteur, à déclarer qu’il a effectué la traduction, ou qu’il l’a vérifiée, au mieux de ses compétences.

La certification peut se faire par une simple note en bas de page ou au moyen d’une lettre d’attestation. Les deux modalités ont le même effet. Le traducteur choisira la formule qui convient le mieux au client.

Des exemples de certification sont proposées à la page 29 des Règles de pratique en traduction.

Sur chaque page, le traducteur agréé appose son sceau s’il en possède un. Le sceau n’est habituellement pas obligatoire, mais il est important de vérifier auprès du client, car certaines instances l’exigent.

 

Assermentation

Il arrive que le client ou l’autorité qui requiert la traduction exige que le traducteur soit assermenté devant un notaire, un avocat ou un commissaire à l’assermentation. Cette procédure n’est pas habituelle et elle doit demeurer l’exception.

Le commissaire reçoit le serment du traducteur. Il ne pose aucun jugement sur la traduction. Si le membre doit se faire assermenter (certaines instances, surtout à l’extérieur du pays, continuent de l’exiger), il devra prévoir ajouter ces frais aux honoraires habituels. La recherche d’un commissaire à l’assermentation peut se faire sur le site du ministère de la Justice.

L’Ordre offre le service d’assermentation. Toutefois, des frais administratifs seront facturés au membre. Le membre doit prendre rendez-vous en téléphonant au 514 845-4411, poste 1221, ou en écrivant à info@ottiaq.org.