7 décembre 2010

 

Sondage sur la tarification et le salaire des membres 2010

 

Chères consœurs et chers confrères,

 

Comme c’est la coutume depuis 1992, le moment est venu pour nous tous, membres de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec, de répondre à notre sondage bisannuel sur la tarification et les salaires.

 

Du nouveau cette année : la question concernant les salaires a été scindée en quatre questions que je vous invite à bien lire avant d’indiquer le ou les montants qui s’appliquent à votre situation. En outre, nous avons ajouté deux questions concernant la traduction de documents officiels afin de connaître les pratiques de nos membres en la matière. Je vous invite donc à y prêter une attention particulière.

 

Je vous rappelle que le sondage, compilé tous les deux ans par François Gauthier, trad. a., est devenu un outil indispensable pour tous les membres de l’Ordre. Pour lui conserver toute sa crédibilité, il est important que nous soyons nombreux à y répondre. Idéalement, nous devrions d’ailleurs tous le faire. Les données individuelles fournies resteront, bien sûr, strictement confidentielles.

 

Je vous invite donc à cliquer immédiatement sur le lien ci-dessous et à prendre quelques minutes de votre temps pour rendre service à l’ensemble des membres de votre profession. Si vous ne le faites pas maintenant, vous aurez quand même jusqu’au 17 décembre 2010 pour le faire. Après cette date, le sondage ne sera plus accessible.

 

Merci d’avance de votre aimable collaboration. Les résultats paraîtront par la même voie d’ici la mi-mars 2011.

 

Cordiales salutations,

 

Pour répondre au Sondage de 2010 sur la tarification et les salaires, cliquez ici.

 

Le président de l’OTTIAQ,

 

François Abraham, trad. a.

 

Des ateliers pour les praticiens!

 

Les participants au congrès 2010 de l’Ordre avaient le choix parmi trois ateliers proposés en avant-midi :

 

Regard vers l’avenir

par Lyne Dubé, trad. a.

 

Alain Chamsi, pdg, JiveFusion Technologies inc. et président, Association de l’industrie de la langue (AILIA), Donald Barabé, trad. a., vice-président des Services professionnels, Bureau de la traduction et Joshua Wallace, trad. a., animateur de l'atelier.

 

Messieurs Barabé et Chamsi ont présenté les perspectives du marché de la traduction dans le contexte de la « mondialité » et du nouvel ordre économique. La hausse des importations dans les économies émergentes, la multiplication des pôles de traduction dans le monde, la crise financière et les outils de traduction automatique sur Internet exercent de fortes pressions sur les membres de la profession. Les solutions qui se dessinent – diversifier le portefeuille de clients pour mieux se prémunir contre les soubresauts de l’économie, diversifier les services, s’adapter aux nouveaux rôles des professionnels de la traduction, adopter les nouvelles technologies afin de spécialiser l’intervention des traducteurs – amèneront les professionnels à promouvoir la traduction comme un investissement rentable.

 

 

Une clientèle, ça vaut son pesant d’or!

 

Sébastien St-François, trad. a., animateur de l'atelier, Suzanne Paiement, trad. a., et Richard Fahey, président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FECI).

 

Un travailleur autonome qui veut prendre sa retraite ou changer de carrière a tout avantage à vendre sa clientèle afin de récolter le fruit de ses labeurs plutôt qu’à simplement fermer boutique. Voilà le sujet de l’atelier Une clientèle, ça vaut son pesant d’or!. Tout d’abord, Richard Fahey, président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FECI), a expliqué les avantages de la rédaction d’un plan de relève pour planifier la vente de sa clientèle. Un guide est d’ailleurs disponible dans le site de la FCEI à ce sujet. Également, M. Fahey a rappelé l’importance de s’allier avec des professionnels comptables ou notaires pour faciliter le processus de transfert. Ensuite, Suzanne Paiement a expliqué son expérience lors de la vente de sa clientèle. Mme Paiement suggère avant tout d’analyser sa clientèle (le nombre de clients, le délai de paiement habituel, le volume annuel, le tarif respectant le marché…) Le contrat doit être notarié et inclure, notamment, les modalités de paiement (pourcentage des ventes d’affaires et /ou un montant forfaitaire), l’inclusion des mémoires de traduction, la période de transition (un contrôle-qualité de l’acheteur par le vendeur), etc. La transition peut aussi inclure un engagement à respecter le tarif habituel pour les clients. Notons qu’un traducteur agréé peut seulement vendre sa clientèle à un autre traducteur agréé de l’OTTIAQ, travailleur autonome ou propriétaire d'un cabinet.

 

 

Le réseautage-éclair avec les employeurs

 

 

Pour une première fois, un atelier de réseautage-éclair avec les employeurs était organisé au congrès de l'OTTIAQ. Les 14 employeurs présents avaient 3 minutes pour rencontrer l’un et l’autre des 35 chercheurs d’emploi inscrits à cet atelier. Selon les commentaires reçus, cette formule a connu tout un succès :

 

« Pour ma part, je dirais que j’ai bien apprécié l’activité de réseautage proposée puisqu’elle m’a permis, en tant que nouvelle diplômée, de découvrir des entreprises qui recrutent et les différents types de postes offerts. La séance de réseautage m’a également permis d’échanger avec d’autres traducteurs et de recueillir de précieux conseils concernant les processus d’embauche. »

 

« Durant l'activité réseautage-éclair, les rencontres avec les employeurs étaient très rapides. Toutefois, la courte durée des rencontres nous a permis de nous démarquer. »

 

« Dans mon cas particulier, cette activité s'est traduite... par une bonne demi-douzaine d'offres (trois emplois et trois offres de travail à la pige) en une semaine. J'ai aussi dû refuser deux contrats totalisant près de 10 000 mots dès le lundi suivant. Mon portable a même sonné deux heures à peine après l'activité : c'était un employeur qui souhaitait me rencontrer “le plus tôt possible”. Je n'aurais pu rêver mieux. »

 

« Il serait bon de séparer cet atelier en deux : un pour les chercheurs d'emploi et un pour les chercheurs de contrats à la pige. »

 

« J'ai participé au réseautage-éclair afin de me trouver un stage pour la session d'hiver 2011. À la suite de cet atelier, j'ai obtenu deux convocations d'entreprises différentes pour passer le test de sélection et l'entrevue. Je suis donc très satisfaite d'avoir participé au réseautage-éclair, car j'ai maintenant un stage en janvier ! »

 

« De mon côté, l’atelier ne débouchera pas pour l’instant sur une embauche. Par contre, il est fort probable que nous faisions appel à des pigistes rencontrés à cette occasion. »

 

Avec un tel taux de satisfaction, gageons que la formule sera reprise!

 

Les photos sont de Magalie Dagenais, photographe

 

Au calendrier de l’Ordre

 

Formation continue

 

Formathèque OTTIAQ - La traduction de documents officiels
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Les outils d'aide à la traduction: LogiTerm, SDL Trados et DéjàVu
En ligne


Formathèque OTTIAQ - La conjoncture économique et les valeurs mobilières : notions, terminologie et phraséologie
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Comparative Punctuation
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Le rôle-conseil
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Initiation à la traduction en environnement
En ligne


Formathèque OTTIAQ - La ponctuation comparée
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Initiation à la traduction juridique
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Les principes fondamentaux en ergonomie de bureau
En ligne


 

 

 

 

 

Offres d’emploi en ligne

 

Traducteur-réviseur de l'anglais vers le français

 

Réviseur (e)

 

Réviseurs de l'anglais vers le français

 

 

Babillard

 

Proposition d’acquisition

 

Offre de service de transcription et de mise en page

 

   
Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus. N’hésitez pas à nous les transmettre à ottiaq@ottiaq.org
Visitez notre site Web www.ottiaq.org