20 décembre 2011

 

Congrès 2011

 

Un accueil remarqué au congrès de l’OTTIAQ!

 

Le 18 novembre 2011, les 400 personnes venues participer au congrès de l’OTTIAQ ont reçu un accueil mémorable, digne du thème La valorisation, ça commence par soi! En effet, le comité organisateur avait déroulé le tapis rouge et les paparazzis (Charline Marseille, Josée Bayeur et Valérie Landry) attendaient les professionnels d’abord étonnés, puis enchantés! Le ton était donné pour la journée!

 

 

Conférence d’ouverture commanditée par la Financière Manuvie

Surtout pas des photocopieurs intelligents!

par Jeanne Guerbet

La conférence d’ouverture a été prononcée par François Gauthier, traducteur agréé, auteur et entrepreneur, responsable du groupe de travail sur la valorisation des professions de l’OTTIAQ dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’action triennal 2009-2012. Il a présenté l’écart inquiétant entre l’image des TTI (traducteurs, terminologues et interprètes) chez les employeurs et dans le grand public malgré les exigences professionnelles auxquelles ces langagiers sont soumis. Afin de réduire cet écart dans un effort de revalorisation professionnelle, sociale et économique, non seulement l’OTTIAQ doit-il poser des gestes, mais chacun de ses membres doit mettre l’épaule à la roue pour faire valoir son titre en posant des actions concrètes et en offrant toujours un service supérieur aux attentes de ses clients. Les personnes désireuses d’en savoir plus long sont invitées à consulter la présentation PowerPoint de M. Gauthier en cliquant ici, le texte complet de sa présentation de même que le Rapport du groupe de travail sur la valorisation des traducteurs, terminologues et interprètes agréés.
Linda Caron, trad. a., responsable du congrès, François Gauthier, trad. a., conférencier d'ouverture, et François Abraham, trad. a., président de l'OTTIAQ.

 

 

Atelier 1 – Se tailler une place enviable

par Catherine Guillemette-Bédard

 

Tout d’abord, Serge Girard, trad. a., directeur des Services de traduction de la Banque TD, a brossé le portrait historique des services linguistiques de la Banque TD. D’un parcours en tous points semblable à celui d’autres services linguistiques d’entreprise, la Banque TD employait quelques traducteurs à l’interne, puis la Loi 22 a accéléré la francisation et fait augmenter les besoins en traduction. Dans les années 1990, la Banque a misé sur l’impartition, laquelle s’est accélérée à tel point que la TD devait faire affaire avec une cinquantaine de cabinets en plus de composer avec des coûts élevés et une qualité inégale. L’originalité de la Banque TD a été de se doter d’une politique de traduction dont la mise en œuvre a nécessité la création d’un service interne, qui sert désormais de guichet unique aux unités d’affaires et qui permet de développer une expertise interne. Cliquez ici pour en savoir davantage.

 

Anne-Marie Hubert, FCA, a expliqué son parcours personnel et professionnel qui l’a menée au poste d’associée chez Ernst & Young. Son fil conducteur : comment avoir un impact positif autour de soi, tant dans sa vie personnelle que professionnelle. En insistant sur l’importance pour chacune et chacun de définir succintement sa propre image de marque, elle a suscité la réflexion par ces questions : a) Quand les gens parlent de vous, qu’aimeriez-vous qu’ils disent?
b) Comment souhaiteriez-vous être décrit? c) Est-ce que votre photo officielle représente l’image que vous souhaitez projeter?
Marie-Claude Boulet, Serge Girard, trad.a., Edlyne Pierre-Louis, trad. a., et Anne-Marie-Hubert, FCA

 

Enfin, Marie-Claude Boulet, psychologue, a présenté les concepts sous-jacents à la valorisation. Elle a fait le lien avec la notion de contrôle extrinsèque et intrinsèque et la relation entre la perception de contrôle que l’on a dans sa vie professionnelle et le stress. Tout étant une question de perception, Mme Boulet a présenté les notions d’autoverbalisation, d’erreurs de logique et de raisonnement dichotomique. En conclusion, elle a suggéré des stratégies pour se valoriser davantage : relever des défis, sortir de sa zone de confort, discerner ses besoins réels, cerner ses valeurs, être attentif à ses lunettes et restructurer ses pensées. Bien entendu, pour ce faire, il faut commencer, à la base, par bien se connaître. Des mots d’ordre : crédibilité, notoriété, fierté, cohérence. Mme Boulet représentait le programme du PAL de l’OTTIAQ.

 

Atelier 2 – La valorisation est aussi une affaire de technologie!

par Sébastien St-François, trad. a.

 

Nicolas Goyette, de Groupe InfoServices, nous a entretenus sur les ordinateurs et les périphériques qu’on trouve sur le marché. Il a également parlé des connexions, de l’ergonomie ainsi que de la maintenance et de la sécurité de nos postes de travail. Joshua Wallace, trad. a., nous a ensuite dressé un portrait de la vie d’un traducteur mobile.

 


Certains facteurs sont à considérer au moment d’acheter un ordinateur. Il faut donc bien mener ses recherches afin de trouver l’appareil qui convient le mieux à ses besoins. En ce qui concerne les périphériques (imprimantes, numériseurs, appareils multifonctions) la sélection est grande et les prix varient beaucoup. Il faut donc prendre des décisions éclairées en fonction de ses besoins réels. Parmi les connexions figurent bien sûr Internet, la téléphonie de bureau, la téléphonie cellulaire et les connexions pour le télétravail. Les choix sont nombreux et dépendent de notre situation professionnelle (travailleur autonome ou employé). M. Goyette a parlé du rôle que joue l’ergonomie dans notre travail, puisque nous passons une grande partie de notre journée assis à notre bureau. Un poste bien adapté est essentiel afin d’y être confortable. Il a aussi souligné l’importance d’une bonne maintenance de nos appareils et de leur sécurité. Pour consulter la présentation de M. Goyette, cliquez ici.

 


Pour sa part, M. Wallace nous a dressé le portrait du traducteur actif en déplacement. Il a parlé des moyens qu’il prend pour « globaliser » son bureau pendant plusieurs semaines chaque année.

 

 

M. Wallace s'abonne à un service de transfert d'appels (tollfreeforwarding.com) afin de pouvoir être en contact avec ses clients à l'aide du même numéro de téléphone, peu importe où il se trouve sur la planète. Dès son arrivée dans le pays qu'il visite, il se procure une carte SIM pour son téléphone intelligent. Afin d'obtenir facilement un accès Internet, il utilise la fonction modem (tethering) sur son téléphone, qui est relié à son ordinateur portatif. Finalement, des clés USB, petites et faciles à transporter, lui servent de support d'archives et d'outils de sauvegarde.

 

 

Nos conférenciers ont fait un survol rapide de la réalité technologique de nos professions. Il ne nous reste qu’à faire des recherches intelligentes pour orienter nos choix.

Joshua Wallace, trad. a., Nicolas Goyette et Sébastien St-François, trad. a.


Atelier 3 – Le réseautage-éclair : des rencontres fructueuses

par Catherine Guillemette-Bédard

 

Après le vif succès de la première édition, la formule du réseautage-éclair a été retenue de nouveau cette année. Toutefois, les participants étaient divisés en deux groupes : les employés et les pigistes. Cette révision de la formule a plu à tous! « Je trouve que cela s'est bien déroulé et la nouvelle formule est nettement plus efficace, c'est-à-dire de séparer les deux clientèles (emploi et pige). »

 

« Il s'agissait de ma première participation à un congrès de l'OTTIAQ. La tenue d'un atelier de réseautage-éclair où je pourrais faire valoir mes compétences auprès d'employeurs potentiels me semblait particulièrement intéressante. Il s'agissait de la principale raison pour laquelle j'ai assisté au congrès. Je crois qu'il y a lieu de maintenir ce type d'atelier tout en y apportant des améliorations. »

 

Parions que cette formule deviendra une tradition du congrès!

 

Atelier 4 – Showcasing Our Social and Economic Professional Worth

By Susan Mott, C. Tr.

 

Despite their divergent backgrounds, the three speakers at Breakout Session 4 revealed a common perspective: that it is our individual duty to take ownership for promoting our professions. They encouraged each of us to become an active participant on a shifting linguistic playing field and to contribute to driving our professions forward in a globalized world.

 

Translation: An Added Value for Society , the presentation by James Archibald, Director of Translation Studies at McGill University, centred on the translator’s dynamic role of ensuring intercultural communication in matters of national security. Mr. Archibald discussed the “translation analysis” of sensitive texts and the integration of translators in the strategic decision-making process. More than providing a surface understanding, today’s translator must become engaged and steer the reader through cultural intricacies to ensure a clear understanding in a strategic context.

Jocelyne Bougie, Barbara McClintock, C.Tr., Claudia Gagnon and James Archibald.

 

Technological and Terminological Evolution , presented by Jocelyne Bougie, terminologist with the OQLF, highlighted the demanding role of the terminologist in our rapidly changing world. Technological advances, globalization and increased international trade create a need for new terminology, which is heightened by the accelerated dissemination of information via the Internet. Ms. Bougie provided concrete examples of situations where terminologists intervene to create or correct terms, in order to accurately describe new concepts, safeguard the French language, confirming its international status in innovative spheres, and so on. She offered valuable ideas for promoting the terminologist’s profession, such as staying connected with current affairs.

 

Claudia Gagnon, a Master’s student at Concordia University, gave the third presentation: Translation and the Digital Age: A 2.0 Way to Explore and Promote Our Profession. Ms. Gagnon illustrated the dramatic evolution of translation in today’s digital society, as language professionals strive to pursue new undertakings (e.g. localization of video games) and satisfy an exponential demand in the global marketplace. She presented a panorama of social media devices used by the “screen culture” and described the ultramodern context and unusual constraints of translating related materials. Ms. Gagnon advised us to showcase our profession by keeping abreast of new translation and localization needs arising from modern technologies . Ms. Gagnon was also in charge of the video game feature in the November issue of Circuit.

 

Atelier 5 – Paralangagiers, formation continue et rôle-conseil : des arguments valorisants

par Catherine Guillemette-Bédard

 

Rachel Arseneau-Ferguson, directrice du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick – Campbellton, a présenté les grandes lignes du nouveau programme collégial de paralangagiers. Il s’agit d’un programme visant à former des techniciens en traduction, qui aideront les traducteurs à gérer les outils technologiques. Ce programme est acuellement offert par quatre collèges (Collège communautaire du Nouveau-Brunswick – Campus de Campbellton (maître d’œuvre), Collège Lionel-Groulx, Sainte-Thérèse (Québec), La Cité collégiale, Ottawa (Ontario), Université de Saint-Boniface, Winnipeg (Manitoba). Par la suite, Patricia Landry, coordonnatrice au développement de la formation à l’Ordre des évaluateurs agréés, a présenté le fonctionnement du règlement de la formation continue obligatoire pour les membres de cet ordre à titre réservé. Mme Landry a cité quelques avantages de ce règlement, dont une amélioration des connaissances et compétences des membres, un avantage pour l’image de la profession dans le public et parmi les membres, une réponse à la tendance à la formation dans le milieu et à la diminution de l’isolement chez plusieurs membres. Finalement, Sarah Thibodeau, avocate, a présenté la promotion du rôle-conseil des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA). Pour distinguer ses membres des non-membres de cette profession à titre réservé, l’Ordre des CRHA mise sur le rôle-conseil que peuvent jouer ses membres.

Sarah Thibodeau, avocate, Patricia Landry, Rachel Arseneau-Ferguson et Françoise Guénette.

 

Atelier 6 – La pratique privée au quotidien

par Audrey Vézina, trad. a.

 

Voici un résumé des principaux points abordés pendant cet atelier sous forme de table ronde, dans le cadre duquel des membres en pratique privée ont eu l’occasion d’échanger sur leurs pratiques.

 

Sous-traitance

Il a été mentionné qu’il n’est pas nécessaire d’informer son client lorsqu’on sous-traite du travail qu’il nous a confié. Il est toutefois conseillé de faire signer une entente de non-concurrence aux pigistes avec lesquels on fait affaire.

 

Conseils

Voici quelques conseils qui ont été offerts aux TTI qui souhaitent se lancer en affaires : faire de la prospection, demander l’aide d’autres pigistes, utiliser les services d’un réviseur, avoir un système de gestion efficace, un bon réseau, un site Web, des ressources terminologiques adéquates et bien choisir ses clients. Quelqu’un a également suggéré la lecture du livre « Objectif clients » de François Gauthier, trad. a.

 

Périodes creuses

Plusieurs activités ont été citées pour mettre à profit ses périodes creuses : prendre des vacances, lire, mettre sa comptabilité à jour, faire du réseautage, de l’autoformation ou encore offrir d’autres services.

 

Contrats gouvernementaux

Plusieurs règles s’appliquent pour figurer sur la liste de fournisseurs des ministères du gouvernement du Québec et du Bureau de la traduction (frais, examen, exemples de traduction à fournir). Ce qu’il faut savoir, c’est que ce type de contrat exige souvent du pigiste une disponibilité totale et un engagement formel, ce qui est parfois difficile à respecter.

 

Le club des 5

Cinq logiciels/services utilisés le plus souvent : Termium, TransSearch, WeBitext, TradooIT, Linguee

Cinq raccourcis Office les plus utiles : Alt-tab, Ctrl-p, Ctrl-s, Ctrl-z, Ctrl-shift-flèche

Cinq outils essentiels du professionnel : solution d’aide à la traduction (LogiTerm, Trados, etc.), correcteur (Antidote), compresseur de fichiers (WinZip), convertisseur de mesures, forums de discussion (www.proz.com)

Cinq moyens pour valoriser son image : être membre de l’OTTIAQ, être actif sur les réseaux sociaux (LinkedIn, etc.), faire preuve de professionnalisme, ajouter son titre à sa signature, avoir des tarifs concurrentiels.

 

Plénière commanditée par Ernst & Young
La valorisation, un enjeu professionnel

par Catherine Guillemette-Bédard

 

Shirley Fortier, trad. a., Danielle Turcotte et Florent Francoeur, CRHA.

 

Animée par Françoise Guénette, la plénière de fin de journée présentait un panel de trois personnes. Tout d’abord, Florent Francoeur, président-directeur général de l’Ordre des CRIA et des CRHA, a présenté le changement d’attitude de cet ordre à titre réservé pour faire passer le nombre de membres de 600 à 6 000 en l’espace de dix ans. Par la suite, Danielle Turcotte, en remplacement de Louise Marchand de l’Office québécois de la langue française, a parlé, entre autres, de la nouvelle ouverture de cet organisme à collaborer plus étroitement avec l’OTTIAQ, notamment en resserrant les liens entre ses terminologues et l’OTTIAQ. En terminant, Shirley Fortier, trad. a., de l’Université de Sherbrooke, a expliqué les raisons ayant motivé cette université à demander la reconnaissance de son nouveau programme de traduction professionnelle par l’Ordre. Mme Fortier a même utilisé une partie de la subvention fédérale pour le renforcement des professions langagières pour permettre à 20 étudiants d’assister au congrès de l’OTTIAQ et pour que les étudiants du baccalauréat de cette université s’inscrivent à l’Ordre.

 

Concours À la découverte des exposants

 

Encore une fois cette année, le Salon des exposants regorgeait de kiosques qui présentaient des produits et des services destinés aux langagiers. Le concours À la découverte des exposants a permis de faire une quinzaine d’heureux parmi les participants.

 

Par ailleurs, Anne-Marie Lavoie, trad. a., a remporté le concours La plus belle carte de visite.

 

Le cocktail présenté par Cartier et Lelarge a conclu le congrès sur une bonne note!

 

Merci au comité organisateur du congrès 2011 de même qu’à tous les partenaires (exposants, commanditaires, entreprises participant au réseautage) et, bien sûr, à nos professionnels artistes dont les œuvres longeaient le tapis rouge!

Sébastien St-François, trad. a., Edlyne Pierre-Louis, trad. a., Linda Caron, trad. a., Alicia Loria, int. a., Catherine Guillemette-Bédard, Barbara McClintock, trad. a., et Joshua Wallace, trad. a.

 

Quoi de neuf?

 

Sondage à propos de Circuit

Le Comité de rédaction de Circuit veut connaître votre opinion! C’est l’occasion de faire part de vos commentaires et suggestions concernant le magazine des langagiers en répondant à ce sondage de 5 ...

 

Concours « Créez un slogan pour les 20 ans! »

Au printemps 2012, l’OTTIAQ célébrera ses 20 ans. Pour souligner l’événement, une multitude d’activités seront organisées. Dans cet esprit, le comité des 20 ans, ...

 

Au calendrier de l’Ordre

 

Formation continue

 

Formathèque OTTIAQ - La traduction de documents officiels
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Les outils d'aide à la traduction: LogiTerm, SDL Trados et DéjàVu
En ligne


Formathèque OTTIAQ - La conjoncture économique et les valeurs mobilières : notions, terminologie et phraséologie
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Comparative Punctuation
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Le rôle-conseil
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Initiation à la traduction en environnement
En ligne


Formathèque OTTIAQ - La ponctuation comparée
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Taxes à la consommation : théorie et application aux services professionnels de traduction
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Initiation à la traduction juridique
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Les principes fondamentaux en ergonomie de bureau
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Initiation à la traduction médico-pharmaceutique
En ligne


Formathèque OTTIAQ : La responsabilité professionnelle des traducteurs, terminologues et interprètes agréés
En ligne


Formathèque OTTIAQ - La facturation
En ligne


Formathèque OTTIAQ - Le marketing des services linguistiques
En ligne


Formathèque OTTIAQ - La protection des données numériques et la gestion documentaire
En ligne


Editing for Style and Readability: A Hands-on Session Featuring Government Texts
Région de Montréal - 28 janvier 2012


 

 

 

 

 

Offres d’emploi en ligne

 

Traducteur-éditeur

 

Traducteur - de l’anglais vers le français

 

Traducteur-réviseur, de l'anglais vers le français

 

 

Babillard

 

Stage Chargé(e) de promotion et traduction

 

   
Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus. N’hésitez pas à nous les transmettre à ottiaq@ottiaq.org
Visitez notre site Web www.ottiaq.org