Ordre de protéger « Retour à la liste

Entretien avec Nycole Bélanger, traductrice agréée et terminologue agréée, Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

« La terminologie est invisible, mais essentielle », déclare d’emblée Mme Nycole Bélanger, traductrice agréée et terminologue agréée, membre du conseil d’administration de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ). Cette passionnée des mots et de la documentation souhaiterait bien qu’en matière de communications, l’importance et la valeur économique de la terminologie soient reconnues dans les marchés langagiers. Il faut dire que les terminologues sont très peu nombreux (76 terminologues agréés sur les quelque 2000 membres de l’Ordre) et qu’ils travaillent toujours dans l’ombre des autres langagiers (traducteurs, rédacteurs, interprètes…)

Lisez l’article

 

Entretien avec Me Andy Noroozi, traducteur agréé et interprète agréé, Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

« L’interprète qui n’exprime pas justement et exactement ce qu’il entend peut causer des préjudices importants à la personne dont il traduit les propos. » C’est ce qu’explique Me Andy Noroozi, traducteur agréé et interprète agréé. Cette affirmation exprime à elle seule l’importance de faire appel aux services d’un membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) pour tout mandat requérant un langagier dont l’intervention est soutenue par l’application de normes strictes de qualité.

Lisez l’article

 

Entretien avec Mme Maria Duarte, traductrice agréée, responsable du Comité de l’agrément, Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

Mme Maria Duarte est traductrice agréée depuis plus de vingt ans. Bénévole à l’OTTIAQ, elle a été membre du conseil d’administration et est responsable du comité de l’agrément depuis une dizaine d’années. Elle est associée déléguée au sein du groupe national de traduction/communications d’un des quatre grands cabinets comptables.

« L’OTTIAQ reçoit actuellement beaucoup de demandes d’agrément, dont certaines proviennent d’autres pays, confie-t-elle. Le défi consiste à étudier tous les dossiers dans un délai raisonnable. Mais les membres du comité, tous des professionnels agréés bénévoles, sont pleins de bonne volonté et n’hésitent pas à mettre les bouchées doubles pour y parvenir. »

Lisez l’article

 

Entretien avec M. Réal Paquette, traducteur agréé, président de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

Au Québec, quelque 2 000 professionnels de la traduction, de la terminologie et de l’interprétation choisissent d’être membres de l’OTTIAQ. Ce faisant, ils s’engagent à respecter un code de déontologie et des règlements, notamment en ce qui concerne la tenue de dossiers et la confidentialité des renseignements reçus dans l’exécution de leurs mandats. En vertu du Code des professions, c’est-à-dire la loi qui encadre l’ensemble des professions réglementées au Québec, ces professionnels sont les seuls autorisés à porter les titres de traducteur agréé (trad. a.), terminologue agréé (term. a.) et interprète agréé (int. a.).

À l’instar de tous les ordres professionnels, la mission première de l’OTTIAQ est d’assurer la protection des entreprises et des particuliers qui confient des travaux à ses membres.

Lisez l’article

 

 

 

MXO | agence totale